Si dans un article précédent, nous vous parlions de l’importance de l’évaluation au service de « l’apprenance », ce n’est pas pour rien. En effet, l’évaluation des formations digitales ou l’évaluation des formations présentielles constitue le chantier prioritaire des acteurs de la formation.

Les deux critères d’évaluation officialisés par la Réforme 2018 de la formation Professionnelle en France sont : la qualité et l’efficacité. Ce qu’on peut qualifier de traçabilité des compétences.

Évaluation des formations selon Kirkpatrick

Le cabinet Féfaur dans son « Benchmark Européen du Digital Learning » met en avant quelques indicateurs utilisés pour évaluer la performance des formations Digital Learning. On y trouve par exemple le taux de complétion. Mais aussi le temps passé à se former par les apprenants, l’enquête de satisfaction auprès des apprenants. Ainsi que les scores obtenus, le taux de connexion, le gain de compétences, le délai entre l’expression du besoin et les réponses apportées, etc.

Ces indicateurs se basent sur un modèle connu de tous, dans le domaine de la formation : le modèle de Kirkpatrick. Inventé en 1959 par le professeur du même nom, il permet de répondre à la question « Quels sont les résultats qu’on peut attendre d’une formation ? » selon 4 niveaux.

  1. La Réaction

Sur ce niveau, il faut d’abord se poser les questions suivantes :

  • Qu’en ont pensé les participants ?
  • Comment ont-ils réagi ?

Mais il faut surtout penser à mesurer l’implication de l’apprenant durant la formation, évaluer les moyens donnés pour mettre en pratique (avec des exercices, des mises en situation, etc.), évaluer la pertinence du contenu par rapport aux besoins professionnels, de l’adhésion au message véhiculé par la formation, etc.

C’est l’évaluation à chaud de la satisfaction (voir le point N° 4 l’évaluation de satisfaction dans l’article sur le Top 7 des Évaluations pour mesurer la performance d’une formation).

  1. L’Apprentissage

Dans ce 2nd niveau d’évaluation, il ne s’agit pas que d’évaluer la connaissance. Mais aussi valider que le stagiaire a la bonne attitude.

Aujourd’hui, si ces deux premiers niveaux sont quasi systématiquement mis en place, les deux autres niveaux qui vont suivre répondent néanmoins à la question de l’impact sur la performance des collaborateurs et de l’entreprise.

  1. Le Comportement

Dans ce 3e niveau, on doit s’occuper de valider que ce qui a été appris en formation, est utilisé en situation de travail. C’est ce qu’on appelle « le transfert des acquis ». Des études ont montré que seulement 10 à 30 % de ce qui est appris en formation est mis en application, s’il n’y a pas de suivi. Cela signifie que 70 à 90 % du budget formation ne se concrétise pas en action sur le terrain…

Il faut donc mettre en place des leviers pour contrôler et récompenser la mise en œuvre. C’est dans ce cadre que les coachs et les managers doivent entrer en jeu.

  1. Les Résultats

Dans ce 4e et dernier niveau, il faut se poser la question. « Quels sont les impacts de la formation sur les indicateurs de l’entreprise ? ».

Avec l’évolution de la formation et l’apparition du Digital Learning, ce modèle d’évaluation se considère autrement. Dans le modèle d’origine, on partait du niveau 1 d’évaluation pour aller au niveau 4.

Mais dans le modèle d’évaluation d’aujourd’hui, on fait l’inverse. On part du niveau 4 pour aller au niveau 1. C’est-à-dire qu’« on part de la finalité, pour créer les dispositifs d’évaluation de la formation. » précise Elodie Primo, CEO de MOS – MindOnSite.

MOS Chorus : au cœur de l’évaluation des formations

Le LMS MOS Chorus permet la réalisation et le suivi de l’évaluation. Et ce, sur les 3 premiers niveaux du modèle de Kirkpatrick.

Concrètement, MOS a intégré un éditeur de questionnaires. Il permet d’afficher les résultats détaillés des réponses aux questions (grâce au standard QTI). MOS Chorus offre ainsi un panel considérable de rapports. Ils sont soit génériques (150 rapports dans MOS Chorus), soit sur mesure. Les rapports constituent autant de tableaux de bord qui éclairent tous les aspects de la formation.

Les apprenants vont aussi pouvoir noter et commenter les formations. Des informations qui sont récoltées ensuite, et visibles sur le portail de formation.

Côté évaluation des comportements, elle est réalisée via la gestion et le suivi des compétences qui s’appuie sur un référentiel « Compétences/Métiers/Populations » piloté par la plateforme LMS/LCMS.

Besoin d’une démonstration pour tout comprendre ? Contactez l’équipe MOS – MindOnSite !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Posted by Giovanni Perrone

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *